Accueil


Vig, Lars
De 1845 à 1913
Protestant, Église Luthérienne (N.M.S.)
Madagascar

Il aura fallu près de quatre-vingts ans pour que l'œuvre ethnographique de Lars Vig soit enfin connue des malgachisants autres que norvégiens, du fait que ce minutieux observateur n'a guère publié que dans sa langue maternelle.

Ce missionnaire luthérien était né à Skaanevik (Norvège) le 20 juillet 1845. Après avoir obtenu un diplôme d'une école normale en 1864, il fit ses études théologiques au Séminaire des Missions norvégiennes (N.M.S.) de 1868 à 1873 et fut consacré pasteur en 1874. La même année il partit pour Madagascar et fut affecté presqu'aussitôt à Masinandraina, tout près d'Antsirabé, où il passa 28 ans, sauf un congé en Norvège (1889 à 1893) et deux ans à Antsirabé (1896-1898) à l'époque des troubles qui suivirent l'annexion de l'île par la France.

A Masinandraina, Vig se trouvait dans une société rurale presque totalement isolée des influences extérieures. L'évangélisation y avait été commencée six ans auparavant mais avec peu de résultats, et les deux dernières années, le poste avait été vacant. Les vieilles croyances religieuses et les anciennes coutumes y étaient donc encore intactes.

Constatant cette situation, Vig se mit à étudier la religion, l'organisation sociale des campagnards, ce qui l'aidait beaucoup dans son ministère. Il fut ainsi l'un des premiers Européens (car il ignorait l'existence et l'œuvre du R. P. Callet, très loin de lui au nord) à faire des études approfondies et systématiques sur les idées religieuses des Malgaches. Parlant leur langue, habitant le même village pendant près de trente ans, très liant, il exerça une grande influence et gagna une grande partie de la population au christianisme. Trois ans seulement après son arrivée dans le village, il fondait une école normale qu'il dirigea jusqu'en 1896. Cela lui permit des conversations quotidiennes avec des hommes qui avaient tous été élevés dans les vieilles croyances. Beaucoup n'étaient plus jeunes et quelques-uns étaient d'anciens devins-guérisseurs convertis.

Vig notait leurs dires, et il avait la sagesse de vérifier et de recouper les renseignements qu'ils lui donnaient. On peut donc considérer ses documents et ses interprétations comme solides et valables, même s'il lui est arrivé (rarement) de se tromper de bonne foi.

Sa seule publication à Madagascar fut une "histoire universelle" à l'usage de ses étudiants. Mais en norvégien, il publia un grand nombre d'articles sur les idées religieuses et les mœurs des Malgaches du Vakinankaratra. Il les rédigeait à l'aide de notes détaillées écrites en malgache par ses amis ou relevées au cours d'entretiens ou aussitôt après. Il est regrettable que la plupart de ces notes, qui couvraient des centaines de pages, n'aient pas toutes été conservées. Deux ou trois seulement de ces études, d'une extrême richesse, ont été traduites en français mais une traduction de la plupart de celles qui restent est préparée et sera publiée sous peu.

Rentré définitivement en Norvège en 1902, L. Vig mourut à Höle le 12 juillet 1913.

O. Chr. Dahl, L. Molet


Bibliographie:

1886. Ny tantaran'ny firenena samihafa [Histoire universelle]. Tananarive.
1893. "Om Madagassernes religiöse Forestillinger" Nordisk Missions-Tidsskrift, t. 4, Copenhague. [Sur les conceptions religieuses des Malgaches. Traduction allemande: "Die religiösen Vorstellungen der heidnischen Madagassen," Mitteilungen der Geographischen Gesellschaft (für Thüringen) zu Jena, t. 25, 1907; t. 27, 1909; t. 28, 1910; t. 29, 1911. Le dernier chapitre de l'original intitulé: "Tryllemidlernes Inddeling" [La classification des charmes] manque dans la revue allemande. Ce sujet est repris d'une façon beaucoup plus complète dans Charmes, cf. infra, 1969. Une traduction française de l'allemand par Bruno Hübsch a été publiée sous le titre: Les conceptions religieuses des anciens Malgaches, Tananarive, 1973.
1897. "Stedfortraedertanken i madagassernes religion" For Kirke og Kultur, t.4 [L'idée de la substitution dans la religion des Malgaches].
1901. "Menneskeofringer paa Madagaskar" [Sacrifices humains à Madagascar] For Kirke og Kultur, t. 8.
1902-03. "Symbolikken i den madagassiske Gudsdyrkelse og i det folkelige samfundsliv" [Le symbolisme dans le culte malgache et dans la vie sociale populaire]. Nordisk Missions-Tidsskrift, t. 4-5 Extrait en français: "Les usages religieux des Malgaches" Bulletin trimestriel des Missions luthériennes à Madagascar. Bar-le-Duc, 1902-03.
1905. "Skaebnelaere og Dagvelgeri blandt Madagasserne" [Destin et horoscope chez les Malgaches]. Nordisk Missions-Tidsskrift, t. 7.
1907. Om den madaggassiske Kvinde. [Sur la femme malgache]. Kristiania.
1910. "Moral og Skikke inden det madagassiske Hedenskab" [Morale et coutume dans le paganisme malgache]. Nordisk Missions-Tidsskrift.
1913. Offertanken i den madagassidke Folkereligion. [L'idée du sacrifice dans la religion populaire malgache]. Stavanger.
1969. Charmes. Spécimens de magie malgache. (description d'une collection de 130 charmes malgaches offerte au Musée d'Ethnographie d'Oslo en 1908, traduite en français et publiée en 1969 par O. Chr. Dahl).
1971. Jean-Pierre Domenichini. Histoire des palladium d'Imerina. Tananarive. (Texte et traduction de cahiers recueillis par L. Vig, non publiés. Texte ronéo).



Cet article, réimprîmé ici avec permission, est tiré d'Hommes et Destins: Dictionnaire biographique d'Outre-Mer, tome 3, publié en 1977 par l'Académie des Sciences d'Outre-Mer (15, rue la Pérouse, 75116 Paris, France). Tous droits réservés.




Accueil